Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissu japonais: le camélia (tsubaki ou 椿)

Le camélia est une fleur très courante en Asie du Sud et de l’Est, très utilisée notamment pour le thé et les cosmétiques depuis des siècles, notamment au Japon, et il en existe des centaines de variétés, sans compter les hybrides. Elle se reconnait notamment à son cœur (étamines) jaune. Elle fleurit entre janvier et mars, et le feuillage de son arbuste est persistant.

Fleur de camélia
Fleur de camélia

La fleur de camélia est un motif extrêmement courant dans la symbolique japonaise et par extension également sur les tissus (et les papiers) japonais. Son sens varie selon la couleur de la fleur, étant d’une certaine manière l’équivalent de la rose pour les japonais, et il en existe plusieurs types de représentations (réalistes ou stylisées).

Fleur de camélia rouge stylisée
Fleur de camélia rouge stylisée

Symbolique:

  • camélia rouge: l’amour, sauf pour les samouraïs pour lesquels cette fleur représente la malchance (la fleur tombant tout entière d’un coup). C’est donc dans cette couleur qu’elle est le plus souvent représentée
  • camélia blanc: le désir
  • camélia jaune: l’attente
Etui à lunette en chirimen motifs de camélias
Etui à lunette en chirimen motifs de camélias
Tissu chirimen avec camélias stylisés
Tissu chirimen avec camélias stylisés
Fleurs de camélia blanches avec japonaise en kimono signifiant le désir ou l'attente
Fleurs de camélia blanches avec jolie japonaise en kimono signifiant le désir ou l’attente
Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissu japonais: karakusa (arabesques)

Le mot karakusa ou 唐草, est composé des caractères 唐 = Chine, dynastie Tang et 草= herbe. Il peut se traduire par arabesque et désigne un motif importé au Japon depuis la Chine et l’art bouddhique à la période Nara (710-794), même si son origine première serait la Mésopotamie et l’Egypte ancienne.

Motif karakusa simple
Motif karakusa simple. On le trouve le plus souvent en blanc sur fond vert, rouge ou bleu nuit sur les tissus japonais.

Il représente les plantes en croissance. Il ne représente à l’origine aucune plante en particulier, mais avec le temps le motif simple a été mélangé avec des motifs de diverses fleurs (lotus, prunier, pivoine, bambou, camélia, etc.).

Exemple de motif karakusa avec des fleurs
Exemple de motif karakusa plus complexe avec des fleurs

Ce motif a le sens de prospérité et longévité et est considéré comme porte bonheur.

On le trouve d’ailleurs sur certaines statuettes de manekineko (chats porte-bonheur).

Il est très utilisé en céramique, ainsi que sur les tissus, et les furoshiki (carrés de tissu utilisés au Japon pour transporter des cadeaux ou des objets de tous les jours comme les boîtes à bento, etc.) en particulier.

Tissu motifs karakusa, fleurs et noeuds
Tissu motifs karakusa, fleurs et noeuds

Exemple de furoshiki avec motif karakusa sur fond vert

Catégories
Motifs/Patterns

Symbole japonais : les grues (tsuru – 鶴)

Les grues sont un motif très fréquent sur les kimonos, tissus ou les papiers japonais sous leur forme classique ou même leur forme d’origami (papier plié) aussi appelée oritsuru (折鶴) ou grues origami.

Exemple de kimono avec délicats motifs de grues (Victoria and Albert Museum - Londres)
Exemple de kimono avec délicats motifs de grues (Victoria and Albert Museum – Londres)

Les grues sont des oiseaux très gracieux au long cou et aux longues pattes. On les trouve généralement dans les grandes étendues humides, et les grues japonaises ont la particularité d’être blanches et noires avec une petite partie rouge sur le haut du crâne. Au japon elles symbolisent la longévité (elles vivraient 1000 ans et habiteraient le pays des immortels) ainsi que la bonne fortune.

Panneau de tissu avec motif de grue
Panneau de tissu avec motif de grue

Les grues en origami, elles, sont particulièrement appréciées notamment du fait de la légende des 1000 grues (千場鶴, lire senbazuru). Cette légende indique que si on réalise 1000 grues en origami on voit ses vœux réalisés (pour soi ou quelqu’un d’autre).

Tissu avec motifs de grues origami
Tissu avec motifs de grues origami

Ce type d’origami est même devenu un symble de paix depuis Sadako Sasaki (佐々木禎子), une petite fille irradiée à l’âge de 2 ans lors de l’explosion atomique d’Hiroshima et qui, atteinte de leucémie, commença à l’âge de 12 ans à plier des grues en espérant guérir, suite à l’envoi à l’hôpital où elle se trouvait de grues porte bonheur par des habitants de Nagoya. Elle parvint à en réaliser 1000, et même d’avantage (plus de 1300 même si les versions varient parfois), mais décéda le 25 octobre 1955.

Aujourd’hui on peut voir dans le Parc de la Paix à Hiroshima le Monument pour la paix des enfants qui inclue une statue de Sadako avec une grue, et on trouve toujours dans le parc des millions de grues origami en papier (10 millions de grues seraient envoyées du monde entier chaque année d’après le site de la ville d’Hiroshima).

Pour plus d’information sur Sadako Sasaki n’hésitez pas à consulter la page de la ville d’Hiroshima consacrée à l’exposition Sadako and the paper cranes.

Tissu à motifs de grues sur fond bleu azur
Tissu à motifs de grues sur fond bleu azur

Tissu coton grands motifs de grues
Tissu coton grands motifs de grues

Tissu petits motifs de grues et fleurs de prunier
Tissu petits motifs de grues et fleurs de prunier

Catégories
Motifs/Patterns

Motif de broderie : le pavillon d’or (Kinkakuji)

Le pavillon d’or, de son vrai nom Rokuon-ji (鹿苑寺) est très certainement le temple bouddhiste le plus célèbre de Kyôto.

Photo du Kinkakuji en été
Photo du Kinkakuji en été avec son reflet dans l’eau

Le bâtiment a été construit en 1398 par le shogun Yoshimitsu Ashikaga, et est devenu un temple à son décès conformément à ses dernières volontés. Le bâtiment ayant brûlé en 1950, incendié par un moine fou (une version romancée de l’histoire a été écrite par Yukio Mishima et est disponible en français sous le titre Le Pavillon d’Or), le bâtiment actuel date de 1955.

En dehors de la couverture à la feuille d’or qui lui a donné son surnom de pavillon d’or (en japonais Kinkakuji ou 金閣寺 ), ce temple est remarquable par la beauté des jardins qui l’entourent, pas étonnant donc qu’il soit l’un des monuments les plus visités au Japon et qu’il soit un sujet de broderie à part entière !

Kit point de croix pavillon doré Kinkakuji
Kit point de croix pavillon doré Kinkakuji

 

Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissu japonais : uroko

Uroko (鱗 ou  うろこ) se présente comme un motif alternant des triangles isocèles ou équilatéraux de 2 différents coloris représentant des écailles, interprétées aujourd’hui plutôt comme des écailles de poissons, mais historiquement plutôt des écailles de serpents ou de dragons.

Kit de broderie kogin pique-aiguilles
Variation sur le motif uroko (ici présenté en miroir dans les 2 sens) en broderie kogin

Il s’agit d’un motif qui se retrouve dans le monde entier depuis l’antiquité, notamment au Japon sur des poteries ou des miroirs en bronze de la période Yayoi (弥生, de 400 avant JC environ à 250 après JC environ).

C’est un motif qui porte chance, et surtout protège (tout comme les écaillères protègent leurs porteurs).

On le trouve très souvent en broderie kogin, mais aussi souvent sur les costumes des ogresses (kijo ou 鬼女) et de dragons dans le théâtre Noh.

Costume de Noh à motifs uroko
Affiche d’un spectacle de théâtre Noh montrant une sorcière avec un costume aux motifs uroko

 

Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissu japonais : hanabishi (花菱)

Hanabishi (花菱 ou はなびし) est un motif assez courant sur les blasons de clans de samouraï (mon  ou kamon 家紋).

Exemples de blasons avec motifs hanabishi
Exemples de blasons avec motifs hanabishi

Il représente la fleur de macre aussi appelée châtaigne d’eau, qui est une plante aquatique que l’on trouve communément dans les étangs et marais japonais. Ses racines se trouvent dans la boue et ses feuilles ont des formes de type losange. On en trouve également par chez nous.

C’est la même fleur qui compose le nom du célèbre groupe industriel Mitsubishi  (三菱) qui lui pourrait se traduire par les 3 macres, même s’il est souvent traduit par « les 3 diamants » dû à la forme du logo.

Le logo du groupe Mitsubishi
Le logo du groupe Mitsubishi

Ce motif est composé habituellement d’un centre rond et de 4 pétales en forme de losange (plus ou moins arrondis ou droits selon le style). On le retrouvait plutôt sur des costumes masculins, ou stylisé en sashiko.

Portrait de Katsuyori Takeda, célèbre samuraï de l'époque Sengoku (15ème et 16ème siècles)
Portrait de Katsuyori Takeda, célèbre samuraï de l’époque Sengoku (15ème et 16ème siècles) avec blasons hanabishi

A gauche exemple de broderie sashiko avec motif hanabishi dans un kit dessous de verre
A gauche exemple de broderie sashiko avec motif hanabishi dans un kit dessous de verre

Motifs hanabishi sur tissu avec fils métalliques dorés
Motifs hanabishi sur tissu japonais avec fils métalliques dorés

Tissu avec motifs hanabishi
Autre exemple de tissu japonais avec motifs hanabishi

Catégories
Motifs/Patterns

Motif japonais : La grande vague de Kanagawa

La Grande Vague de Kanagawa (ou 神奈川沖浪裏, lire « Kanagawa-oki nami-ura », traduire Sous la vague au large de Kanagawa)

Il s’agit de la plus célèbre estampe du célèbre peintre japonais Hokusai (1760-1849). Hokusai est connu comme le plus grand maître de lukiyo-e (en japonais 浮世絵, qui signifie « image du monde flottant »), un mouvement artistique japonais de la péridoe Edo (16031868). Ce mouvement est particulièrement connu pour ses estampes gravées sur bois.

La Grande Vague de Kanagawa d'Hokusai au point compté
La Grande Vague de Kanagawa d’Hokusai au point compté

La Grande Vague de Kanagawa a été réalisée entre 1831 et 1833 (on ne connait pas la date exacte) et c’est la première de la série des « 36 vues du Mont Fuji » d’Hokusai. On y voit effectivement le Mont Fuji en arrière plan, tandis qu’au premier plan une vague géante semble vouloir engloutir 3 frêles barges. Elle fut assez révolutionnaire en son temps pour plusieurs raison, dont l’une est l’utilisation nouvelle du bleu de prusse dans une estampe japonaise (technique nouvelle à l’époque, apparue en 1829). Une autre de ses grandes forces est sa composition particulière 

C’est l’une des images les plus célèbres au monde et on la trouve régulièrement sur les souvenirs en provenance du Japon. Il est normal donc de la retrouver également dans les arts du fil…

Le logo Quiksilver est inspiré de la Vague de Kanagawa
Le logo Quiksilver est inspiré de la Vague de Kanagawa

Tissu Hokusai incluant La Grande Vague de Kanagawa
Tissu Hokusai incluant La Grande Vague de Kanagawa

Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissu japonais : yagasuri

Yagasuri, en japonais 矢絣 de 絣 (ya, flèche) et 絣 (kasuri, motif) est un motif traditionnel japonais représentant des flèches ou les plumes des flèches.

Tissu japonais avec motif yagasuri
Tissu japonais avec motif yagasuri

Tissu indigo avec motif yagasuri
Tissu indigo avec motif yagasuri

Au Japon c’est un motif qui porte chance et protège.

Au Nouvel An notamment, on achète au temple des flèches porte-bonheur pour protéger sa maison et ses habitants.

Lors de la cérémonie de remise des diplômes à l’université au Japon (sotsugyoushiki ou 卒業式) , il est d’usage pour les filles de porter un kimono avec un hakama porté juste sous le buste. Et le motif yagasuri est un motif traditionnel de ce type de kimono particulier.

Kimono et hakama portés lors de la remise des diplômes au Japon
Kimono et hakama portés lors de la remise des diplômes au Japon

A l’époque Edo ce motif était également porté lors des mariages car une flèche va droit au but et ne revient pas (comme la mariée qui quitte la maison de ses parents…).

Catégories
Motifs/Patterns

Motif japonais : chidori ou le pluvier

Chidori (千鳥, qui s’écrit avec le caractère de mille 千 et celui d’oiseau 鳥), en français « pluvier » est un motif très couramment utilisé sur les tissus japonais et en décoration, notamment en céramique. On retrouve également l’évocation du chidori dans un certain nombre de poèmes japonais.

Mais qu’est-ce qu’un pluvier me direz-vous ? Le pluvier est tout simplement un oiseau, de la famille des limicoles (petits échassiers). Plus d’infos sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pluvier ou sur oiseaux.net

Un pluvier
Un pluvier (source : Wikipedia)

Ce motif est souvent associé avec celui de vagues. Le sens en serait une longue prospérité ou la capacité à surmonter les difficultés grâce à l’aide des chidori. La vague pouvant être  assimilée à la permanence des choses ou aux difficultés de la vie, et le chidori à la prospérité.

Motif de chidori
Motif de chidori et vagues sur un bouton

Catégories
Motifs/Patterns

Motif de tissus japonais : shippô (七宝)

Shippô qui peut se traduire par « les sept trésors » ou « les sept joyaux » est un motif géométrique assez courant sur les tissus japonais, la céramique ou même les décorations en bois.

Il se présente sous la forme de 4 ellipses formant un cercle (ou de cercles imbriqués formant des ellipses selon votre façon de voir les choses).

Motif simple de shippô

Motif simple de shippô
 

 Les cercles entrelacés représenteraient les sept joyaux du bouddhisme (or, argent, lazulite, nacre, corail, perles et cornaline). Mais ne cherchez pas la représentation des joyaux ou une quelconque répétition de 7 motifs sur les motifs shippô, il n’y en a pas… Alors d’où vient cette appellation? Selon les sources on lui trouve plusieurs origines possibles. L’un d’elle veut que les japonais en voyant pour la première fois ce motif importé d’Inde via la Chine auraient trouvé que le motif central ressemblait à une pierre précieuse (forme de diamant), d’où ce nom de 7 joyaux. Une autre interprétation voudrait que le nom shippô vienne de l’art du cloisonné(*) dans lequel ce motif aurait été beaucoup utilisé.

Ce motif serait utilisé sur les tissus depuis l’époque japonaise de Nara (an 710 à 794), peut-être même avant, et aurait connu une forte popularité à l’époque Edo, notamment sur les kimonos féminins.

Le plus vieil exemple de tissu japonais avec motif shippô est conservé dans la ville de Nara, dans le Shōsō-in, le trésor du temple Tôdaiji.

Comme beaucoup de motifs géométriques japonais, c’est un motif de tissu qui se porte en toute saison. On le trouve aujourd’hui également mélangé à divers autres motifs (fleurs ou autres), comme le motif asanoha. Il s’agit également plutôt d’un motif féminin.

Variation sur le motif shppôVariation sur le motif japonais shippô avec 8 ellipses au lieu de 4

(*) Le cloisonné est une technique de fabrication de bijoux, vases ou autres en émail entouré de bandes métalliques. Historiquement on utilisait aussi des pierres précieuses à la place de l’émail. En France les célèbres émaux de Longwy par exemple sont des émaux cloisonnés. En Chine c’est un art qui a été particulièrement développé à compter du 15ème siècle, d’où il s’est exporté notamment au Japon.